Accueil > Découverte > Dossiers pédagogiques > Villeurbanne pendant la Grande Guerre > Vivre à l'arrière

Découverte

 
Imprimer la page

Vivre à l'arrière - Se nourrir

Lettre d’Arsène Goujon adressée à son père Lazare Goujon, 9 août 1914. AMV, fonds R. Fisher, 13Z1 - 1/4

Lettre d'Arsène Goujon adressée à son père Lazare Goujon, 9 août 1914. (AMV, fonds Renée Fisher, 13Z1 - 1/4)

Cette lettre d’Arsène Goujon est datée du 9 août 1914. Arsène est le fils du Docteur Lazare Goujon, médecin à Villeurbanne à cette date, futur maire de Villeurbanne de 1924 à 1935 puis de 1947 à 1954 et bâtisseur du quartier des Gratte Ciel. Arsène, né en 1901, a 13 ans en 1914, ce que son style épistolaire et sa maîtrise de l’orthographe ne permettent pas de penser. Son père a été mobilisé comme médecin et a été envoyé à Briançon. Plusieurs points sont intéressants dans cette correspondance. D’abord, il y a une allusion à une des premières victoires françaises, celle d’Altkirch. Dans la matinée du 7 août 1914, l’armée française s’empare de la ville d’Altkirch, gagnant ainsi le contrôle de Mulhouse. Il ne s’agit cependant que d’un recul stratégique des Allemands. Cependant, cette « victoire » peut faire penser que la guerre va être courte. Dès le 9 août, la presse a déjà annoncé la nouvelle, avec sans doute une présentation plus enthousiaste que la réalité de la situation militaire. On peut noter une allusion à la censure que pratique l’état-major de ce qui se passe au front pour éviter tout découragement et aussi la communication d’informations trop précises à l’armée ennemie. Cet enfant fait preuve dans ses propos d’une maturité surprenante. Il répète cependant ce qu’il doit entendre autour de lui. Le second point intéressant de cette lettre est la présentation des difficultés
déjà existantes en août 1914 pour le ravitaillement et en particulier, l’augmentation conséquente du prix des pommes de terre, déjà en septembre, 50 francs les 100 kg au lieu de 8 francs quelques jours avant.

Sélectionnez un thème
Rechercher