Accueil > Découverte > Dossiers pédagogiques > Villeurbanne pendant la Grande Guerre > Les poilus de Villeurbanne

Découverte

 
Imprimer la page

Les poilus de Villeurbanne - Sur le front

Lettre de Théophile Thomassery,  sapeur-pompier, 21 mai 1915. AMV, 2K 655 - 1/2

Lettre de Théophile Thomassery, sapeur-pompier, 21 mai 1915. AMV, 2K 655 - 1/2

Théophile Thomassery, né en 1882, sapeur-pompier embauché par la commune de Villeurbanne en 1913, envoyé au front depuis août 1914, envoie les renseignements concernant son affectation à la mairie de Villeurbanne qui veut obtenir son retour à la caserne villeurbannaise.
Sans dire où est engagé son régiment, il donne, en plus des précisions techniques, quelques indications sur la façon dont il vit cette guerre. Le journal du 98e Régiment d’Infanterie en ligne sur le site « Mémoire des hommes »1 nous en apprend un peu plus. Entre octobre 1914 et septembre 1915, il est engagé entre la Somme et l’Oise. Il s’est particulièrement illustré au Bois des Loges, une zone que le commandement veut absolument tenir. Il est assez frappant de voir que Théophile Thomassery résume son action au creusement de boyaux de raccordement des tranchées comme s’il n’y avait que peu de danger. Il creuse, sans savoir pourquoi ni jusqu’à quand. Le journal du régiment ne dit pas tout à fait la même chose et insiste davantage sur les pertes matérielles. En septembre, dans le no man’s land, les tirs des Allemands étaient si nombreux qu’il n’était même pas possible aux soldats français d’aller récupérer les corps de leurs camarades morts. Ceci nous permet de voir les limites des lettres de poilus pour comprendre la guerre et la nécessité de croiser cela avec d’autres sources, en particulier les journaux de marche des régiments. Très classiquement, il se plaint des conditions d’hygiène et de la présence des poux dans les tranchées. Il dit peu de choses sur les combats. Les informations semblent arriver au compte goutte sur le déroulement de la guerre. L’entrée en guerre de l’Italie est imminente. Elle aura lieu le 23 mai soit deux jours après la rédaction de cette lettre. L’ouverture d’un nouveau front du côté italien donne aux soldats l’espoir d’une issue plus rapide à la guerre.

 

Voir sur le site de Mémoire des Hommes et sur le site : http://chtimiste.com/

Sélectionnez un thème
Rechercher