Accueil > Découverte > Dossiers pédagogiques > Villeurbanne pendant la Grande Guerre > Les poilus de Villeurbanne

Découverte

 
Imprimer la page

Les poilus de Villeurbanne - Les blessés

Ecole Galliéni, école de rééducation des aveugles et des sourds de guerre, 1914-1918, carte postale. AMV, 2Fi181

Ecole Galliéni, école de rééducation des aveugles et des sourds de guerre, 1914-1918, carte postale. AMV, 2Fi181

De 1914 à 1918, Villeurbanne dispose d’un établissement original. Il s’agit de l’Ecole de rééducation des Aveugles et des Sourds de guerre. Parmi les 2 800 000 blessés de la Première Guerre mondiale, beaucoup vont rester mutilés à vie. Les « gueules cassées » sont sans aucun doute les plus connues. Beaucoup de soldats ont perdu des jambes, des bras. On pense moins à la perte de la vue ou de l’ouïe qui peuvent être la conséquence de blessures par éclats d’obus et du bruit assourdissant de leurs tirs. En 1884, la Société d’assistance et de patronage des sourds et muets du Rhône et des départements voisins ouvre à Villeurbanne un établissement qui accueille des enfants sourds des classes défavorisées. Il dispose de 27 places. Un atelier de fabrication d’articles de brosses, d’articles en osier, de cannage et paillage de chaises y est ajouté en 1911. Les locaux sont réquisitionnés dès 1914 par l’autorité militaire et transformés en hôpital où l’on soigne et rééduque les soldats blessés de la vue et de l’ouïe. 250 militaires aveugles ou sourds y sont accueillis. En 1918, le statut civil est rendu à l’établissement.


Pour plus de renseignements, voir le site du Centre Galliéni : http://www.centre-gallieni.org/. Voir aussi AMV 2C 906 et 2C 904.

Sélectionnez un thème
Rechercher