Accueil > Consultation > Encyclopédie > Établissement TCO et ALSTOM de Villeurbanne

 
Imprimer la page

Consultation

Établissement TCO et ALSTOM de Villeurbanne

Au 11-13 de l'avenue de Bel Air, se trouve depuis 1973 un établissement spécialisé dans l'électronique de traction. Racheté en 1983 par la société ALSTHOM Atlantique, il deviendra rapidement le fer de lance de l'industrie des trains à grande vitesse à l'échelle mondiale.

intérieur des ateliers rue de Bel Air
vue aérienne de TRV (Traction Villeurbanne) en 1988
Trolleybus articulé TCO  devant l'Opéra de Lyon  (modèle Bimode PER180) (photo TCO 1982)

Auteur(s) : Sébastien Larzillière, archiviste

Le site avant l’implantation d’Alstom : le DET de la CEM

À l’origine, c’est la Compagnie Électro Mécanique (CEM)[1] qui a ouvert en 1973 à Villeurbanne son Département Électronique de Traction (DET). Situé au 12, rue Alfred de Musset, le site s’agrandit avec l’implantation de nouveaux bâtiments[2] en 1976, au 11-13 avenue de Bel Air. La même année, la société Oerlikon[3] et le DET fusionnent. Cette nouvelle entité reste une filiale de la CEM, mais elle prend alors le nom de Traction Cem Oerlikon (TCO).

L’implantation d’Alstom

En 1983, la société Alsthom Atlantique[4] absorbe la CEM et sa filiale TCO. L’année suivante, TCO est rattachée à la division Matériels Ferroviaires d’Alsthom Atlantique, suite à quoi le site de Villeurbanne prend le nom de Traction Villeurbanne  (TRV). En 1989, Alsthom et GEC[5] fusionnent et créent une société internationale, GEC  Alsthom. Cette nouvelle société se subdivise en 1993 en 6 filiales, parmi lesquelles GEC Alsthom Transport, dont va relever l’établissement de Villeurbanne.

En 1993, la direction de GEC Alsthom Transport décide de se réorganiser selon une logique de « produit ». Une partie des effectifs de TRV est alors mutée à Tarbes, où elle sera spécialisée dans les projets de locomotives et les TGV. Le personnel resté à Villeurbanne est quant à lui réparti selon deux nouvelles structures :

- Électronique Équipements Systèmes (EES), qui s’occupe de l’électronique de commande

- Transport Mass Transit (TMT), spécialisé dans les chaînes de traction électriques destinées au marché dit de Mass Transit [6]

En 1998, GEC Alsthom prend la dénomination d’Alstom[7]. La même année, la direction décide de transférer de Villeurbanne à Tarbes tout ce qui relève encore de l’activité systèmes de traction. TRV disparaît complètement en 2000. Ne subsistent alors dans l’établissement plus que les activités d’électronique de commande.

Les années 2000 : turbulences puis renouveau

Le début des années 2000 est particulièrement difficile pour la société Alstom, qui se retrouve en 2003 au bord de la cessation de paiement. Seule une intervention publique sauve l’entreprise en 2004. A partir de 2006, Alstom remonte la pente. Ces turbulences n’auront que peu affecté l’établissement de Villeurbanne, dont les effectifs continuent de croître.

Le site va d’ailleurs emménager durant l’été 2015 dans de nouveaux locaux dans le quartier du Carré de Soie. C’est dans un nouvel immeuble de 36.600 m² que seront regroupés les services d’Alstom Transport, soit un effectif d’environ 1250 personnes. 

 




Notes


[1] La CEM était une entreprise française d’électrotechnique. Fondée en 1885, elle produisait notamment du matériel roulant ferroviaire.

[2] Ces deux rues sont perpendiculaires l’une à l’autre. Ainsi, les deux bâtiments, bien qu’ayant des adresses différentes, se trouvent sur le même site de production.

[3] Oerlikon est une société suisse fondée en 1906. Spécialisée dans l’ingénierie industrielle, elle s’occupe notamment de transmissions. 

[4] ALSTHOM Atlantique est le nom de la société issue du rachat par ALSTHOM des Chantiers de l’Atlantique.

[5] General Electric Compagny, une entreprise anglaise spécialisée dans l’électronique, fondée en 1886 et disparue en 1999.

[6] On entend par Mass Transit ici les automotrices, métros et véhicules urbains tels que les tramways.

[7] Idem, p. 295.


Bibliographie

Amicale des anciens d’Alstom et TCO, Une aventure technique, une aventure humaine, Villeurbanne, l’électronique ferroviaire, Villefranche sur Saône, Éditions du Poutan, 2013, 299 pages (cote AMV 2C1321)


Sources

Archives municipales de Villeurbanne

35Z 1-29 : établissement TCO et Alstom de Villeurbanne : archives professionnelles données par des ingénieurs et chefs de projet (1973-1997).


Aucun commentaire

Localisation

Sélectionnez un thème
Sélectionnez un mot-clé