Accueil > Découvertes > Documentaires sonores > Antoine Duhamel, portrait sonore > Présentation d'Antoine Duhamel et premiers pas de l’E.N.M.

Découvertes

Présentation d'Antoine Duhamel et premiers pas de l’E.N.M.

Antoine Duhamel au piano
Agrandir le(s) document(s)

M. Antoine Duhamel se présente. C’est lors d’une réunion du Parti socialiste qu’il se voit proposer de prendre en charge l’ouverture d’une école de musique à Villeurbanne (mairie socialiste). Grand compositeur français, il est alors séduit par l’idée de pouvoir accéder à la pédagogie musicale et de transmettre son savoir. Ces deux notions font partie de l’idée native de l’école de musique. Il est donc nommé directeur et avec son épouse, Elisabeth Duhamel, ils prennent en charge le projet et fondent l’école en 1980. Antoine Duhamel précise que la mairie de Villeurbanne avait déjà financé une école de musique dans le quartier de Grandclément. Cette école sera intégrée dans le projet de l’E.N.M. (École Nationale de Musique). Il souligne que l’école Grandclément était un souhait d’un groupe municipal non socialiste et proposait une approche académique de l’enseignement de la musique.

Alain Pistre (ancien professeur de l’E.N.M.) intervient. Il est inclus dans le projet dès l’ouverture de l’école en 1980. Il se souvient des tiraillements entre les membres de l’E.N.M. et ceux de l’école Grandclément qui ne seront pas tous intégrés au projet. Antoine Duhamel reprend l’entretien. L’E.N.M. devient donc responsable de la survie de l’école Grandclément. Il se souvient notamment du recrutement de Jean-Michel Michel Cayre, ancien membre de l’école Grandclément, qui a apporté beaucoup à l’école. Antoine Duhamel a également fait venir une équipe composée de musiciens parisiens. Malgré les sentiments de concurrence entre les deux groupes de professeurs il fallait trouver la meilleure solution pour créer un groupe uni. Les initiatives venaient des deux écoles, renforçant l’idée d’ouverture voulue. Il prend en exemple l’enseignement du jazz.

Concernant le recrutement, la municipalité insiste pour que les professeurs parisiens s’installent à Villeurbanne. Après quelques allers-retours, le problème est vite résolu. M. Alain Pistre intervient pour confirmer son installation à Villeurbanne.