Accueil > Consultation > Encyclopédie > Parc de la Commune-de-Paris

 
Imprimer la page

Consultation

Parc de la Commune-de-Paris

Le parc de la Commune-de-Paris est situé rue Pierre-Voyant, dans le quartier de Cusset. D’une superficie de 25 000 m², il est le plus grand parc de Villeurbanne après celui de la Feyssine. Acquis en deux temps par la Ville en 1966 et 1978, l'espace est entièrement réaménagé en 2012 afin de créer des zones de détente et de loisirs. Des arbres séculaires parsèment un parc aux ambiances contrastées entre sa partie nord et sa partie sud.

Les grands arbres du parc de la Commune de Paris en août 1989 (ph. Schuller-AMV)
L'allée de platanes du parc de la Commune de Paris en été 2016 (ph. S. Majdar)
La plaque commémorative de la Commune de Paris au sein du Parc en 1996 (ph. Desmazes-AMV)
La partie sud du parc de la Commune-de-Paris en été 2016 (ph. S. Majdar)

Auteur(s) : Sandrine Majdar, historienne

La propriété du Roulet

Au XIXe siècle, le parc de la Commune-de-Paris faisait partie d’une grande propriété, dite du Roulet. En 1869, Agricol Beaumont[1] acquiert la propriété comprenant des fermes, des vergers et une maison d’habitation avec parc attenant. Afin de faciliter la gestion de l’ensemble, les descendants de la famille Beaumont décident, en 1948, de constituer la Société Civile Immobilière du Roulet pour la partie nord et celle de Chambfort pour la partie sud[2].

La congrégation des Filles de Saint-Paul acquiert, en 1957[3], la partie nord de la propriété avec l’ancienne maison familiale et son parc. Au même moment, la municipalité, soucieuse de réaliser des espaces verts parallèlement à l’exécution des programmes de constructions, envisage l’acquisition de la partie sud afin d’aménager un parc public.

Le parc Pierre-Voyant

Le 14 mars 1966[4], la municipalité d’Étienne Gagnaire décide l’acquisition du tènement appartenant à la Société Civile Immobilière de Chambfort-La Perpignette, d’une superficie d’environ 10 113 m², inscrit dans le plan d’aménagement et d’embellissement de la Ville. Elle dénomme le parc « Chambfort », dans un premier temps, puis « Pierre-Voyant »[5].

Une délibération du 5 février 1973 décide l’aménagement de cet espace vert aux arbres séculaires[6]. La même année, afin d’augmenter la superficie du parc, la municipalité entame des négociations avec l’Association Immobilière du Roulet afin d’acquérir le parc nord. Parallèlement, le maire Etienne Gagnaire met à la disposition du nouveau Centre social de Cusset l’un des anciens bâtiments de ferme de la famille Beaumont, rue Pierre-Voyant.

L’extension du parc

Dès son élection en mars 1977, la municipalité de Charles Hernu s’efforce de repenser l’aménagement de l’espace urbain afin d’améliorer la qualité de vie des Villeurbannais. Dans son manifeste électoral, elle s’engage à développer le patrimoine végétal et les espaces verts de la Ville en réalisant de nouvelles acquisitions[7].

Le 6 février 1978[8], le conseil municipal décide d’acheter à l’Association Immobilière du Roulet[9] le parc du Roulet, d’environ 16 078 m², afin d’agrandir l’espace public mitoyen. La Ville fait édifier un mur qui sépare la partie vendue de la partie privée et choisit[10] d’attribuer le nom de « Commune-de-Paris (18 mars-28 mai 1871) » à l’ensemble du parc.

La création artistique dans les parcs et jardins publics

À partir de 1977, la nouvelle municipalité émet le souhait de diffuser les œuvres traditionnellement enfermées dans les musées, au sein des parcs et jardins publics. Cette volonté politique répond à un triple objectif : l’amélioration de l’environnement urbain, l’aide à la création artistique et la diffusion populaire des arts plastiques[11].

En juin 1977, dans le cadre de « Villeurbanne en fête »[12], des expositions de sculptures sont organisées pour la première fois dans les lieux publics, parcs et jardins de la Ville. À cette occasion, le sculpteur lyonnais Robert Darnas (1913-1980)[13] confie à la Ville certaines de ses œuvres pour une exposition réalisée dans le parc Pierre-Voyant, à la suite de laquelle la municipalité achète deux de ses sculptures. Dès 1979[14] : La Chevalerie et Le Char de Feu, réalisés en ciment modelé sur ossature métallique soudée à l’arc, agrémentent le parc. Seul subsiste aujourd’hui Le Char de Feu, de 4 m de haut et de large, un éclatement de formes et de lignes évoquant la libération d’une énergie dans la matière, initialement éclairé de l’intérieur.

Le mur d’escalade Eugène Varlin

Au début des années 1990, face à la vogue de la pratique de l’escalade en milieu urbain, les responsables du Centre Social de Cusset, l’Amicale Laïque de Cusset, le service des Sports, les écoles, les clubs et la Ville s’accordent sur la nécessité d’édifier un mur d’escalade au sein du quartier[15].

En 1992, la municipalité de Gilbert Chabroux décide de commissionner trois concepteurs afin de réaliser une structure artificielle d’escalade dans le parc de la Commune-de-Paris. Le 27 octobre 1992[16] le jury, composé de membres du conseil municipal, de techniciens et de représentants d’associations sportives, choisit le projet du groupe CPEA-Services[17] et de la SARL Lieux-Dits de Geffroy-Vialettes[18].

Le maire, Gilbert Chabroux inaugure le premier mur d’escalade extérieur de la Ville le 26 février 1994[19]. En libre accès, la structure réalisée en panneaux de béton préfabriqué présente un usage multiple permettant des cours d’initiation pour les classes scolaires et un entraînement pour des clubs d’escalade. Le mur s’élève à 9,80 m du sol et comprend 1050 prises aux niveaux de difficulté différents.

Le 28 mai 1994, il est baptisé du nom d’un militant ouvrier, martyr de la Commune-de-Paris, Eugène Varlin (1839-1871)[20]. Le jour anniversaire de sa mort, une manifestation symbolique est organisée en présence du maire et de l’Association des Amis d’Eugène Varlin[21].

L’embellissement du parc de la Commune-de-Paris

En 2012, la municipalité de Jean-Paul Bret décide le réaménagement du parc. En six mois de rénovation, la clôture centrale du parc est détruite, des essences variées sont plantées, de nouvelles circulations sont tracées et des zones distinctes de jeux[22] et de détente sont aménagées. Le 24 octobre 2012, le maire Jean-Paul Bret inaugure l’embellissement du parc et l’apposition d’une plaque commémorative, rendant hommage au militant Jean-Paul Cluny décédé en 2007[23].

Le parc de la Commune-de-Paris compte aujourd’hui près de 2000 plantes, arbustes et arbres, dont des séquoias, des hêtres, des liquidambars, des plaqueminiers et des platanes. Au centre de l’allée de platanes, une stèle funéraire gallo-romaine[24] est érigée. Elle aurait été récupérée par la famille Beaumont au moment des fouilles de Fourvière au début du XXe siècle.

 L’aménagement de la partie sud du parc contraste avec celle du nord acquise dans un second temps. La zone sud présente une végétation abondante avec des arbres séculaires et des allées de promenade sinueuses qui délimitent des parterres foisonnant de verdure. Cet aménagement s’inscrit dans la volonté de la municipalité actuelle de laisser la nature s’exprimer selon le principe du jardin en mouvement. Une vaste pelouse servant de lieu de détente et de loisirs investit la zone nord. Aujourd'hui, le parc de la Commune-de-Paris présente ainsi des aires distinctes de repos, de promenade, de jeux, d’activités sportives et de culture pour la population villeurbannaise.




Notes

[1] Originaire d’Avignon, Agricol Beaumont fonde en 1836 une affaire familiale de joaillerie-bijouterie qui prospère en s’installant à partir de 1894 rue de la République à Lyon (Angleraud (Bernadette) et Pellissier (Catherine), Les dynasties lyonnaises, Ed. Perrin, 2003).

[2] Archives personnelles Famille Beaumont et Carrabin, Communauté des Filles de Saint-Paul et Jean-Paul Masson.

[3] Ibid.

[4] 1D294 : acquisition d’un tènement immobilier, situé 81 rue Pierre-Voyant, nécessaire à la réalisation d’un espace vert, p. 70, suivie de l’acquisition par acte notarié du 12 et 19 octobre 1966 : délibération du conseil municipal de Villeurbanne, séance du 14 mars 1966.

[5] Pierre Voyant (1835-1913) fut conseiller municipal de Villeurbanne et premier adjoint à certains maires (dont F. Faÿs, E. Dunière), de 1884 à 1911.

[6] 1D301 : Aménagement d’un parc et jardin public rue Pierre-Voyant : délibération du conseil municipal de Villeurbanne, séance du 5 février 1973, p. 12.

[7] 1D305 : Les espaces verts à Villeurbanne, communication : délibération du conseil municipal de Villeurbanne, séance du 17 octobre 1977, p. 323-325.

[8] 1D306 : Acquisition d’un terrain 83 rue Pierre-Voyant : délibération du 6 février 1978, p. 93-94, p. 183-184.

[9] 125W2 : Correspondance du maire : acquisitions immobilières (1977-1978).

[10] 1D307 : Dénomination de rues, places, etc : délibération du 12 février 1979, p. 50.

[11] 1D306 : Projet de deux œuvres monumentales à placer dans les parcs : délibération du 17 avril 1978, p. 183-184.

[12] Événement populaire durant lequel sont organisées de nombreuses manifestations culturelles et spectacles dans divers lieux de la Ville.

[13] Ancien élève de l’École des Beaux-arts de Lyon, Robert Darnas obtient le premier prix de sculpture décerné par l’Académie d’Architecture de Lyon en 1933 et 1935.

[14] 1D307 : Projet de deux œuvres monumentales à placer dans le parc Pierre-Voyant : délibération du conseil municipal de Villeurbanne, séance du 15 octobre 1979, p. 303.

[15] 275W16 : Cabinet du Maire : inauguration du mur d’escalade du parc de la Commune-de-Paris (1994).

[16] 318W40 : Équipements sportifs : mur d’escalade Eugène Varlin, construction (1992-1995).

[17] Centre Pilote d’Escalade et d’Alpinisme de Vaulx-en-Velin fondé en 1987.

[18] Société d’arts plastiques et d’architecture.

[19] 275W16 : Cabinet du Maire : inauguration du mur d’escalade du parc de la Commune-de-Paris (1994).

[20] Eugène Varlin, né le 5 octobre 1839 en Seine et Marnede famille modeste, de tradition républicaine, quitte en 1852 son village natal pour Paris afin de faire son apprentissage du métier de relieur. Militant ouvrier, il participe à la fondation de la Société de Secours Mutuel des Ouvriers Relieurs. Il prend parti au mouvement insurrectionnel de la Commune de Paris et est arrêté puis fusillé par les Versaillais le 28 mai 1871.

[21] 275W18 : Manifestations, invitations et réceptions : dénomination du mur d’escalade Eugène Varlin (1994).

[22] Comprend des aires de jeux pour les enfants et un terrain de boules pour les adultes.

[23] « Les travaux du parc de la Commune inaugurés », Viva Villeurbanne, n°261, décembre 2012, p. 10.

[24] Datant probablement du IIème siècle ap. J.C., cette stèle funéraire ne présente pas de lien avec l’histoire de Villeurbanne.


Bibliographie

Devinaz (Danièle), Promenades artistiques au gré de Villeurbanne, Villeurbanne, Éditions du Mot Passant, 2001, 48 p. (cote AMV 2C16).

Angleraud (Bernadette), Pellissier (Catherine), Les dynasties lyonnaises : des Morin-Pons aux Mérieux du XIXe siècle à nos jours, Ed. Perrin, 2003, 830 p. (cote AMV 2C2578)


Sources

Archives municipales de Villeurbanne :

1D294 : Délibérations du conseil municipal de Villeurbanne (17 janvier 1966-12 décembre 1966), séance du 14 mars 1966, p. 70.

 1D301 : Délibérations du conseil municipal de Villeurbanne (1973), séance du 5 février 1973, p. 12.

 1D305 : Délibérations du conseil municipal de Villeurbanne (10 janvier 1977-26 décembre 1977), séance du 17 octobre 1977, p. 323-325.

 1D306 : Délibérations du conseil municipal de Villeurbanne (9 janvier 1978-11 décembre 1978), séances du 9 janvier 1978, p. 50-55 ; 6 février 1978, p. 93-94 ; 17 avril 1978, p. 183-184.

 1D307 : Délibérations du conseil municipal de Villeurbanne (1979), séances du 12 février 1979, p. 50 ; 15 octobre 1979, p. 303.

 125W2 : Correspondance : acquisitions immobilières (1977-1978).

 231W26 : Acquisition ou dépôt d’œuvres d’art : 2 œuvres monumentales de Robert Darnas installées dans le parc Pierre-Voyant (1979).

 275W16 : Cabinet du Maire : inauguration du mur d’escalade du parc de la Commune-de-Paris (1994).

 275W18 : Manifestations, invitations et réceptions : dénomination du mur d’escalade Eugène Varlin (1994).

 318W40 : Équipements sportifs : mur d’escalade Eugène Varlin, construction (1992-1995).

 

Sources imprimées :

 Archives personnelles Famille Beaumont et Carrabin, Communauté des Filles de Saint-Paul et Jean-Paul Masson.

 

Articles de presse 

 « La ville, mère des jardins, des squares et des arts », Vivre à Villeurbanne, octobre 1980, n°13, p. 24.

« Au pied du mur », Viva Villeurbanne, n°81, avril 1994, p. 25.

« Les travaux du parc de la Commune inaugurés », Viva Villeurbanne, n°261, décembre 2012, p. 10.

 « Baptême du mur d’escalade Eugène-Varlin », Le Progrès, 31 mai 1994. (cote AMV 275W18)

 


Mots-clés : Urbanisme
Thèmes : Environnement

Aucun commentaire

Localisation

Sélectionnez un thème
Sélectionnez un mot-clé