Accueil > Découverte > Documentaires sonores > Antoine Duhamel, portrait sonore > La première année et le recrutement des enseignants

Découverte

La première année et le recrutement des enseignants

Antoine Duhamel au piano
Agrandir le(s) document(s)

M. Antoine Duhamel poursuit l’entretien. Dès 1980, première année scolaire, se présentent 400 élèves. L’équipe est rapidement débordée. Il précise qu’il était contre l’idée d’avantager les élèves résidant à Villeurbanne. Il souhaitait particulièrement avoir des élèves motivés. Martial Pardo (directeur de l’E.N.M. au moment de l’entretien) intervient. Il explique que l’équipe d’enseignants était prévue pour 200 à 300 élèves et qu’en une à deux années l’effectif a dépassé les 1000 élèves. Il y avait une obligation de recruter.

M. Antoine Duhamel reprend l’entretien. Le recrutement s’est fait rapidement malgré l’exigence de la municipalité concernant l’intégration des professeurs à Villeurbanne. Il disposait d’une dizaine de postes à temps plein. La demande était importante car l’E.N.M. devait également accueillir les élèves de l’école Grandclément. Il précise que les principales motivations des étudiants étaient le cadre de l’école et sa proximité. M. Antoine Duhamel était le directeur mais n’a jamais revendiqué cette position. Pour permettre de doubler le nombre d’enseignants, il a assigné deux personnes sur chaque poste à temps plein. Il n’y a pas eu de crises majeures, si l’on excepte les premières tensions avec l’école Grandclément. Alain Pistre intervient pour souligner l’engouement des professeurs à s’installer à Villeurbanne pour enseigner à l’E.N.M. (il a rencontré son épouse à Villeurbanne). Martial Pardo intervient pour préciser que dans le fonctionnement actuel de l’école, ce n’est plus une obligation de vivre à Villeurbanne, mais il est recommandé de vivre dans la région afin d’être disponible et s’investir dans l’école. Certains professeurs viennent encore de Paris mais ce sont des intervenants sur des disciplines très spécifiques. En 2010 il y a une centaine d’intervenants dont 75 à temps plein.