Accueil > Découverte > Dossiers pédagogiques > Villeurbanne pendant la Grande Guerre > Vivre à l'arrière

Découverte

 
Imprimer la page

Vivre à l'arrière - Travailler à l'effort de guerre

Lettre du maire de Villeurbanne au préfet du Rhône, 13 avril 1916. AMV, 2K655 - 1/2

Lettre du maire de Villeurbanne au préfet du Rhône, 13 avril 1916. AMV, 2K655 - 1/2

Ce courrier adressé par l’adjoint au maire Perroncel au préfet du Rhône permet de comprendre les difficultés de main d’oeuvre pendant la guerre. Joseph Trabet, ouvrier boulanger qui fait fonctionner le fournil de la boulangerie du 16 Cours Emile-Zola, boulangerie qui alimente une bonne partie du quartier des Charpennes, doit partir au front en 1916 et par là, risque d’obliger la boulangère à fermer boutique et ainsi de priver de pain une bonne partie de la population du quartier. Réformé n° 2 en octobre 1914, donc pour maladie contractée au front, il a, en vertu de la loi Dalbiez de 1915, subi une contre visite qui l’a déclaré guéri et donc de nouveau incorporable. Cette loi a été votée pour trouver de nouveaux soldats après le retour de certains ouvriers du front et surtout les pertes importantes de 1915. Priver de pain une partie de la population est impensable à une époque où cette denrée constitue une des bases de l’alimentation. Il s’agit donc, pour la municipalité, d’un problème d’intérêt public.

Sélectionnez un thème
Rechercher