Imprimer la page

Mobilisations citoyennes à Villeurbanne

greve 36 aux usines bourgeois (c) Louis Cordier.jpg

Exposition du 08 novembre 2018 au 28 septembre 2019

S’engager à Villeurbanne : une thématique qui s’inscrit dans la durée ! Ce territoire qui a longtemps été en dehors de la juridiction de Lyon, tout en étant à sa porte, est devenu un espace refuge au 18e siècle et au début du 19e, pour des groupes marginalisés, réprimés à Lyon. À tel point que l’historien Alain Belmont parle même de « base arrière des contestations sociales » dans son ouvrage Villeurbanne, 2000 ans d’esprit d’indépendance. Un terreau favorable aux luttes pour les droits sociaux et culturels, réaffirmé et consolidé tout au long du siècle dernier, par l’arrivée d’une population ouvrière, mobilisée et militante et à travers des politiques municipales progressistes. Les changements liés à la désindustrialisation et à la métropolisation laissent place à partir des années 1970 à de nouveaux motifs et de nouvelles formes d’engagement, qui incitent à creuser au-delà des discours actuels sur la crise démocratique et l’individualisme.
Points de vue d’experts, histoires de lieux, histoires de luttes, récits d’habitants ou d’associations villeurbannaises : l’exposition, sans prétendre être exhaustive sur un thème aussi vaste, proposera des passerelles entre mémoires collectives et valeurs individuelles. Le parcours de visite apportera un éclairage particulier sur la singularité villeurbannaise en donnant une place centrale aux témoignages, permettant à chacun de s’approprier cette histoire locale riche en combats qui continuent à nourrir aujourd’hui la vie sociale.
Tout particulièrement, le Rize interrogera l’engagement au travers de l’héritage porté par la devise « Liberté, Égalité, Fraternité », qui s’affiche à l’Hôtel de ville et sur les murs de nos écoles. Idéal par essence jamais atteint, parfois malmené, la devise a la charge émotionnelle et symbolique d’un patrimoine immatériel : elle crée des repères et rassemble en même temps qu’elle demande à toujours être réinvestie, remise à l’ordre du jour en fonction des impératifs du présent. Car dans la diversité des époques, des motivations et parcours personnels qui seront présentés dans l’exposition affleure toujours la même conviction que le « mieux » est possible. Si la République n’a pas toujours incarné ni défendu ses propres valeurs (que l’on pense par exemple aux femmes, aux colonisés…) sa devise constitue en elle-même un programme politique : aux actes, citoyennes et citoyens !