École

L'école à Villeurbanne

Le rôle de l'école dans le devenir citoyen

« La loi de Jules Ferry sur l’enseignement primaire a été adoptée le 28 mars 1882, deux semaines après que Renan a prononcé sa fameuse conférence à la Sorbonne : Qu’est-ce qu’une nation ? En soulignant le « riche legs de souvenirs communs » qui sont nécessaires pour que les citoyens partagent « le désir de vivre ensemble », Renan a fixé d’emblée l’une des missions essentielles que la Troisième République va assigner à l’école et tout particulièrement à l’enseignement de l’histoire : fabriquer une mémoire collective capable de cimenter la nation. »

Gérard Noiriel, Qu’est-ce qu’une Nation ?

L'école à Villeurbanne

En 1850 le Maire de Villeurbanne, Julien Roustan, et son équipe municipale, imprégnés des idéaux de la Seconde République de 1848, vont mettre en place ce qui sera la première politique scolaire de la ville, en engageant un instituteur et une institutrice et en décrétant la gratuité de l’instruction pour les enfants de la commune de plus de sept ans, soit 31 ans avant les lois de Jules Ferry. Cette politique sera vite dépassée par la croissance de la population et c’est le maire Jean-Marie Dedieu qui lui redonnera de la vigueur à partir de 1878 en en faisant la priorité de son mandat. Élu maire en 1878, alors que la Troisième République est encore toute récente, il annonce d’emblée la couleur : l’instruction publique sera son grand chantier, au point de devenir le premier poste de dépense du budget municipal, car elle « s’impose impérieusement à un peuple qui veut être libre ». Quatre imposantes écoles en pierre sont construites pour les écoliers villeurbannais dans les quatre principaux quartiers de l’époque : Charpennes, Maisons-neuves, Cusset, la Cité.

Groupe scolaire de la Reconnaissance, quartier des Maisonsneuves, AMV, 2 Fi 68.JPGGroupe scolaire de la Reconnaissance, quartier des Maisonsneuves, AMV, 2 Fi 166.JPGGroupe scolaire de la Cité, début des années 1990.jpg