Accueil > Archives en ligne > Figures de militants à Villeurbanne > BRINON (Alfred)

Archives en ligne

 
Imprimer la page

BRINON (Alfred)

Alfred Brinon d'après une photo publiée dans le Bulletin municipal officiel de Villeurbanne (nov.1962)

(28 octobre 1881-11 novembre 1962)

Adhérent à la SFIO à partir de 1905, il est conseiller municipal de Villeurbanne sur la liste de Lazare Goujon entre août 1929 et avril 1935. Réélu le 2 avril 1945, son mandat lui est renouvelé entre 1947 et 1953 dans la municipalité dirigée par Lazare Goujon. A partir de juin 1954 jusqu’à son décès en 1962, il est adjoint au maire Étienne Gagnaire.

Il est employé expéditionnaire à la Société de Construction Électrique de Lyon avant sa liquidation en 1936.

Résistant, il constitue la section socialiste de Villeurbanne en avril 1941 ; il est notamment en contact avec l’abbé Boursier et l’aide pendant l’année 1942 à mettre à l’abri des militants communistes et des juifs, hébergeant lui-même à son domicile 23 rue Michel-Servet, un opérateur radio pendant 2 mois, puis, durant 3 semaines, Emmanuel d’Astier de la Vigerie. En août 1943, il prête son concours pour le déménagement de l’imprimerie clandestine installée dans les locaux paroissiaux de l’église Sainte-Thérèse.

Fervent mutualiste et grand défenseur de l’école laïque sa vie durant, il cumule les charges : vice-président fondateur de l’Entente des Œuvres Laïques de Villeurbanne, administrateur de l’OVEM (Œuvre villeurbannaise des Enfants à la Montagne), vice-président de l’Association laïque de La Cité et Délégué cantonal, administrateur délégué de l’Office HLM de Villeurbanne, administrateur de l’Union générale de la Mutualité du Rhône, trésorier de la 22ème société de Secours mutuels et enfin administrateur de la Caisse locale de sécurité sociale.

Décédé des suites de graves blessures subies dans un accident de voiture en novembre 1962, alors qu’il revenait des cérémonies de Toussaint à la nécropole de La Doua, il est inhumé à l’ancien cimetière de Cusset.

La municipalité d’Étienne Gagnaire lui rend hommage en rebaptisant l’ancien chemin de la Boulangère de son nom, par délibération du  16 mai 1966.

 

Sources

Bulletin Municipal Officiel de la ville de Villeurbanne, nov. 1962, p. 146.

Permezel (Bruno), Résistants à Lyon, Villeurbanne et alentours, éd. BGA-Permezel, 2003, p. 117.

Pour en savoir plus, cliquez ici :

 

Dictionnaire Biographique Le Maitron

Aucun commentaire

Sélectionnez un thème
Rechercher